Problème d'étiquetage, présence de métaux lourds, risque d'inflammabilité... Les produits « Made in China » ne sont pas à la hauteur en matière de sécurité. C’est ce qu’a déploré la commission européenne, la semaine dernière. Et à la veille des fêtes de Noël, la direction de la répression des fraudes est sur le qui-vive. Les jouets chinois, c'est une priorité pour la répression des fraudes. Et on le comprend assez bien. 60% des jouets vendus dans le monde sont fabriqués en Chine. Autant dire que tout contrôler est impossible. Il faut donc cibler ses inspections. C'est ce que fait Marie-Line Jobert. Elle est contrôleur principal à Paris. Ce jour là, elle a choisi un magasin dans le 12ème arrondissement, à la réputation solide (interview). L’enquêtrice envoie au laboratoire les jouets sur lesquels elle fait un prélèvement. Il y a 2 laboratoires en France : à Lille et à Marseille. Une équipe de scientifiques y réalise près d'un millier de tests par an. Bertrand Hoareau et Stéphane Russo passent leurs journées à torturer des nounours dans le laboratoire de Marseille (interview). L'an dernier, sur près de 1000 analyses, 50% des jouets ont été jugés non conformes. Sur ces 50%, 10% étaient considérés comme dangereux. Tous « Made In China ». L'importateur français ou européen risque 2 types de sanctions. Une contravention si le jouet est non-conforme, mais ça devient un délit si le jouet est dangereux. 187.500 euros d'amende encourus. En revanche, les fabricants eux mêmes, en Chine, demeurent relativement épargnés. Là-bas, les contrôles restent très faibles, comme l'explique Marc-Antoine Jamet, président de l'Union des Fabricants, interrogé par Germain Treille (interview). Malgré tout, les choses semblent s'améliorer, lentement. Un accord a été signé la semaine dernière entre Européens, Américains et Chinois pour améliorer les contrôles en amont. Le chemin sera long. Il se vend chaque année plus de 20 milliards de jouets chinois dans le monde. Un reportage de Sébastien Laugénie.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.