Les attentats de Paris ont provoqué un rapprochement en Paris et Moscou. Ils ont réouvert le dialogue dans une période de glaciation née de la crise ukrainienne et de l’annexion de la Crimée.

Bien avant cela, le Kremlin avait déjà pris conscience de la dégradation de son image en France. A tel point que depuis quelques années, il a mis au point une stratégie médiatique qui vise à transmettre des messages pros russes dans notre pays.

Une stratégie médiatique élaborée

Cette stratégie s’appuie d’abord sur unsite internet lancé en novembre 2014. Baptisé« Sputnik » , il propose un fil d’informations qui reflète la sensibilité du Kremlin, mais aussi une radio qui diffuse des informations en direct. Avec un slogan aux relents complotistes :

Nous dévoilons ce dont les autres ne parlent pas

A terme, le Kremlin envisage de créer une véritabletélévision Russe francophone : RT Russia . Si la chaîne existe déjà en langue anglaise, espagnol et Arabe, 27 millions d’euros devraient être débloqués pour créer sa version parisienne.

Le projet a été retardé pour des raisons budgétaires, à cause des sanctions européennes, et de la baisse des cours du pétrole et du rouble. Ce que regretteJohn Langhland , le directeur de l’IDC, une fondation créée par une ancienne députée du parti nationaliste Russe Rodina :

Je passe régulièrement sur RT en anglais qui une très grande réussite. Je pense que s’il y avait une chaine RT en France, elle rencontrerait un écho très grand dans la population française

Une offensive contre les réseaux sociaux

piratage russe
piratage russe © Radio France / Thomas Jost/RF

En France, l’association d’opposants « Russie Liberté » voit son site piraté, mais surtout ses annonces sur Facebook ou Twitter inondées de messages malveillants.

Pour son président, Alexis Prokopiev, ces « trolls » proviendraient d’un pseudo « centre de recherche sur internet » basé à Olgino, dans la banlieue de Saint Petersbourg.

Le centre serait en réalité une officine de piratage au service du Kremlin. Alexis Prokopiev explique:

Les personnes avec qui on travaille en Russie nous ont confirmé que ce centre existe. Il recrute en Europe, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France

Ainsi, lors de l’annonce de la présentation d’un rapport sur Poutine rédigé en partie par l’opposant Russe Boris Nemtsov , assassiné en février 2015, les comptes twitter et Facebook de l’association ont été pollués de messages.

Une vitrine impossible à ne pas voir

Le dernier pilier de la stratégie du Kremlin est une église Orthodoxe haute de 35 mètres qui verra le jour en 2016, à côté d’une école et d’un centre Slave, en bordure de Seine, près du Quai Branly à Paris .

Pour certes rappeler aux français le rôle joué par la Russie pendant la deuxième guerre mondiale dans la lutte contre le nazisme, mais sans doute aussi pour montrer quela grande Russie brille toujours de tous ses feux.

►►►►Une enquête de Jacques Monin à retrouver ce soir dans "Secrets d'info" à 19h20

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.