La protection sociale en Europe. Il en sera question aujourd'hui au sommet informel d'Hampton Court en Grande Bretagne. En matière de protection sociale, les pays nordiques font souvent figure d'exemple. Le ministre français du travail s'est donc rendu en Suède la semaine dernière. Alors que vont s'ouvrir dans deux semaines les négociations sur l'avenir de l'assurance-chômage en France, Gérard Larcher est allé à Stockholm pour voir comment les Suédois traitent le chômage, celui des jeunes notamment, et comment ils maintiennent les seniors dans l'emploi. Et le choix de la Suède n'est pas innocent. Là bas, le taux de chômage est de 6%. La Suède est également le pays d'Europe où les seniors sont les plus actifs : les 2 tiers des plus de 55 ans travaillent. C'est deux fois plus que chez nous et forcément, ça laisse songeur. Pour résumer la politique suédoise de l'emploi, il faut savoir qu'en Suède on ne supporte pas qu'un chômeur reste inactif. Tout est fait en Suède pour que le chômeur soit occupé, par des stages, des formations ou des emplois de réadaptation subventionnés par l'Etat. En fait, le chômage n'est pas un temps mort mais un temps de reconstruction et il faut que ça aille vite. Pour les jeunes, par exemple, on considère qu'au delà de 100 jours d'inactivité, il y a danger. Dans les ANPE, d'ailleurs, les moins de 25 ans font l'objet d'une attention toute particulière. Christina Mortens est chargée de mission à l'ANPE de Stockholm. Interview de Christina Mortens. Pour les seniors, c'est plus compliqué car les chances de retrouver un emploi après 55 ans sont plus minces. L'accent est donc mis sur le maintien en activité jusqu'à l'âge de la retraite, qui est de 65 ans. En France, on voit bien que les seniors ont un taux d'activité très bas, inférieur à 40%. En en Suède, pour que les plus agés restent dans le coup, on encourage la formation après 50 ans. Contrairement à la France, on considère en Suède qu'il est encore utile d'investir sur un quinquagénaire - des crédits bancaires sont même accordés à ceux qui voudraient reprendre des études jusqu'à 54 ans. La législation est également très protectrice. Elle stipule qu'en cas de licenciements, l'entreprise doit d'abord se séparer de ses dernières recrues, des plus jeunes. Les seniors sont donc relativement épargnés. Pour ceux qui sont au chômage, l'Etat est prêt à subventionner beaucoup de choses. Depuis 5 ans, par exemple, les chômeurs de longue durée de plus de 55 ans peuvent devenir assistants scolaires. L'Etat finance 85% de leur salaire. arina Cronsioe s'occupe des seniors au ministère du travail suédois. Interview de Carina Cronsioe. Comparé aux autres pays d'Europe, la Suède consacre beaucoup d'argent à cette politique de retour à l'emploi. La contrepartie, c'est que le système d'assurance chômage est plutôt strict. Les allocations ne sont versées que pendant 300 jours. Elles correspondent à 80% du salaire mais elles sont plafonnées et ne peuvent pas dépasser 1600 euros par mois. Elles sont aussi légèrement dégressives au bout de 100 jours et surtout, le chômeur est sanctionné s'il refuse des propositions d'emploi jugées appropriées. Mats Wadman est le directeur de la division marché du travail au ministère. Interview de Mats Wadman. Le système est strict et pourtant, les syndicats en Suède n'y trouvent rien à redire. Erland Olausson est le premier vice président d'LO, qui est le plus gros syndicat en Suède. Interview de Erland Olausson. Commentaire du ministre français du travail Gérard Larcher : Tout n'est pas importable en France mais certaines idées sont bonnes à prendre. Interview de Gérard Larcher. Il faut quand même ajouter que la comparaison France-Suède a ses limites. La population suédoise est 7 fois inférieure à celle de la France : 9 millions d'habitants contre plus de 60 millions en France. La Suède affiche également un taux de prélèvement obligatoire parmi les plus élevés d'Europe, ce qui permet évidemment de mobiliser beaucoup de moyens pour les chômeurs. Un dossier de Véronique Julia, journaliste au service Eco-Soc de France Inter.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.