Depuis les révélations sur le comportement du célèbre producteur d'Hollywood, plusieurs stars américaines sont tombées de leur piedestal. En France, des actrices ont dénoncé Harvey Weinstein. En revanche, rares sont celles qui osent porter plainte contre des producteurs ou cinéastes français.

Les féministes regrettent que le cinéma français continue de rendre hommage à des hommes  mis en cause dans des affaires de violences sexuelles.
Les féministes regrettent que le cinéma français continue de rendre hommage à des hommes mis en cause dans des affaires de violences sexuelles. © AFP / Bertanrd Guay

Peu de comédiennes ou réalisatrices se sont manifestées publiquement pour dénoncer ce qui se passe réellement dans les coulisses du cinéma français.  

Antoine de Caunes, producteur sur France Inter, et cinéaste avait rendu hommage à Emma, sa fille, alors qu'elle venait de témoigner contre Weinstein dans la presse américaine. Aujourd'hui il estime que les choses n'ont pas beaucoup changé. 

J'ai été étonné qu'il n'y ait pas plus de ramdam lors des Césars. Comme si la France était épargnée par ce genre de pratiques, ce qui n'est pas le cas. On a un rapport au sexe, à la séduction, très latin, qui ne passe plus dans les pays anglo-saxons, et qui continue de survivre ici.

Deux enquêtes en cours concernant des grands noms du cinéma français

Sand Van Roy, comédienne
Sand Van Roy, comédienne © AFP / BERTRAND LANGLOIS

Sand Van Roy est une jeune comédienne de 30 ans qui a joué dans Taxi 5 et dans Valerian.

En mai dernier, elle a porté plainte pour viols contre le producteur et réalisateur Luc Besson. Par la voix de son avocat, Luc Besson, présumé innocent, dément formellement, et dénonce "des accusations fantaisistes". Une autre femme a été entendue par la police. L’enquête est toujours en cours.

L'avocate de Sand Van Roy, Me Karine Diebolt, défend d'autres dossiers de ce type. 

On a l'impression qu'il y a un droit de cuissage. On m'a déjà dit, on ne va pas déposer plainte parce qu'on a été tripotées

En août, Gérard Depardieu a été à son tour visé par une plainte pour viol et agressions sexuelles. Il dément. Là aussi l’enquête se poursuit.

En attendant, les féministes et certains professionnels regrettent que le cinéma français continue de rendre hommage à des hommes mis en cause dans des affaires de violences sexuelles. Après une rétrospective consacrée à Roman Polanski à la Cinémathèque Française, le festival du film américain de Deauville vient d'honorer Morgan Freeman, accusé de harcèlement sexuel par 8 femmes aux États-Unis.

Globalement, au-delà du cinéma mais dans le sillage de l’affaire Weinstein, les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté de 12 % en France au dernier trimestre 2017.

« L’impossible Me too du cinéma français » un reportage de Valérie Cantié et Christine Siméone dimanche 30 septembre dans Interception à 9h10 sur France Inter. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.