darknet :armes
darknet :armes © Radio France / Hélène Chevallier

Comment repérer des terroristes qui, pour acheter leurs armes, n’ont parfois besoin que de quelques centaines d’euros ! Une première réponse sera apportée le mardi 1er septembre avec l’entrée en vigueur de la première mesure du plan Sapin : l’interdiction des règlements de plus de 1000 euros en espèce. Jusqu’ici, les consommateurs pouvaient payer jusqu’à 3000 euros en liquide.

► ► ► À L'ANTENNE | Enquête complète à écouter dans Secrets d'info

Dès 2016, d’autres mesures devraient suivre : une surveillance accrue des gros retraits et une restriction de l’anonymat sur les cartes bancaires prépayées.

Cela peut sembler anecdotique, mais pour financer ses attentats, Amedi Coulibaly avait eu recours à un prêt à la consommation de 6000 euros. Et les spécialistes estiment que contrairement à ce qui se passait lorsqu’Al Qaeda était tout puissant, les djihadistes français s’autofinancent aujourd’hui à travers des micros financement qu’il est donc nécessaire de pouvoir repérer.

Cela implique une réorientation de la cellule Tracfin, chargée du renseignement financier en France et jusqu’ici plutôt spécialisé dans le blanchiment et la fraude fiscale. Une vingtaine d’agents supplémentaires vont y être affectés.

Des sociétés privées travaillent à la mise en place d'un logiciel permettant de détecter les micro-financements du terrorisme. Ce programme surveille les moindres flux financiers et les déplacements des personnes signalées. Lorsqu’un mouvement suspect est détecté, même après des mois d’inactivité, il permet d’alerter les services de renseignements qui peuvent alors prendre le relais.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.