Les Championnats de France de natation, qui servaient de sélection pour les Jeux olympiques, se sont terminés hier soir à Dunkerque. 33 nageurs français, un record, ont décroché leur billet pour Pékin. Moribonde il n’y a pas si longtemps, la natation française peut désormais compter sur deux champions, populaires et charismatiques, Laure Manaudou et Alain Bernard… Mais aussi sur une forte densité d’athlètes de très haut niveau… A tel point qu’à un peu moins de trois mois des Jeux, Claude Fauquet, le directeur technique national de la fédération française de natation pourrait postuler au titre officieux de meilleur DTN du sport français. Il est en tout cas devenu le plus couru alors qu’il prendra sa retraite à la fin de l’année… En 1996, les français reviennent des jeux olympiques d’Atlanta sans la moindre médaille… Fauquet décide alors de la mise en place de minimas qualificatifs pour les grandes compétitions… Et à Perth, aux championnats du monde 98, ils ne sont que 9 français à décrocher leur sélection… Mais ils repartent avec 3 médailles dont une en or, la première de l’histoire de la natation française pour Roxana Maracineanu sur 200 mètres dos alors que Franck Esposito prend l’argent sur 200 mètres papillon… C’est à ce moment là que Simon Dufour entre en équipe de France. A Pékin, le montpelliérain de 29 ans disputera ses 3ème jeux olympiques. Lui a tout connu. Une sorte de survivant… En ce moment, les meilleurs sprinter de la planète sont d’ailleurs français... Alain Bernard, recordman du monde du 100 mètres et le relais 4 fois 100 mètres, pourra viser l’or olympique à Pékin… Frédéric Bousquet sera de la partie et pour lui, pas de secret ou de génération spontanée… Frédéric Bousquet 27 ans, Simon Dufour 29… Mais aussi Alexiane Castel ou Ophélie Etienne 17 ans… Une jeunesse inspirée par deux modèles : Laure Manaudou et Alain Bernard… Cette semaine, Ophélie Etienne s’est qualifiée pour les jeux olympiques de Pékin sur 200 mètres, et c’est un peu comme si Alain Bernard avait nagé à ses côtés… La grande force de la natation française, c’est aussi la qualité de ses entraîneurs. D’abord un peu en retrait, ils se sont mis au niveau afin de pouvoir faire progresser leurs nageurs… Olivier Antoine est entraîneur à Sarguemine. Un petit club, formateur, qui enverra quand même une athlète à Pékin, Sophie Hubert, qualifiée sur 800 mètres. Olivier Antoine, 36 ans… Il fait partie de cette nouvelle génération de cadres techniques… Et la natation fait maintenant figure de poids lourd du sport français… A tel point que Fabien Canu, le directeur de la préparation olympique, qui était hier à Dunkerque, a affirmé que la natation serait le plus grand pourvoyeur de médailles de l’équipe de France olympique à Pékin… Pas forcément un cadeau…

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.