A cinq jours du premier tour de la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs, le scrutin ne passionne pas les foules. Le Front National pourrait en profiter, tandis que le premier ministre a tenté de mobiliser les troupes en personne hier.

Au moins, le Parti Socialiste n'aura pas à craindre de perdre sa majorité absolue au Palais Bourbon. Elle s'est déjà officiellement envolée il y a quelques jours, avec le départ pour les radicaux de gauche du député Jean-Pierre Maggi. Et le PS a peu de chances de la retrouver après le 8 février, date fixée pour le second tour de l'élection législative partielle dans le Doubs.

Les 70 000 inscrits appelés à élire le successeur de Pierre Moscovici dans la 4e circonscription du Doubs se rendront aux urnes dès dimanche, pour le premier tour. Et malgré le déplacement du premier ministre Manuel Valls à Audincourt mardi soir, le candidat socialiste Frédéric Barbier apparaît comme le moins bien placé des trois favoris .

Marine Le Pen à Peugeot PSA Sochaux
Marine Le Pen à Peugeot PSA Sochaux © MaxPPP

Dans ce bassin de l'industrie automobile française, frappé de plein fouet par la crise,c'est la candidate Front National Sophie Montel et l'UMP Charles Demouge qui font figures de favoris . D'ailleurs, la présidente du FN Marine Le Pen s'est rendue à Sochaux la semaine dernière, devant l'usine Peugeot, et son homologue à l'UMP Nicolas Sarkozy est attendu dans nord-Franche-Comté entre les deux tours.

Si le PS espère profiter de l'image redorée du Président de la République, à droite on insiste sur le bilan au gouvernement de l'ancien député socialiste, Pierre Moscovici, parti pour Bruxelles, et sur les "vrais problèmes" tels que le chômage, qui n'épargne pas le Pays de Montbéliard.

Le défilé de personnalités politiques depuis plusieurs jours dans cette 4e circonscription du Doubs ne semble pas porter ses fruits auprès des électeurs. L'abstention pourrait être la grande gagnante de ce scrutin à résonnance nationale.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.