Après la journée de mobilisation hier dans l’Education en France, ce matin l'Angleterre et la découverte de ce qui sera peut-être, qui sait, l’école du futur.

Le système scolaire anglais vient de vivre une petite révolution en cette rentrée 2011.

On peut désormais, outre-manche, créer l’école que l’on veut pour ses enfants. C’est ce qu’on appelle, les free schools, les écoles libres.

Le principe, c’est la liberté totale. N’importe qui peut créer une free school et imaginer l’école de ses rêves. Pourquoi pas une école où on ne travaillerait que le matin, ou bien 3 jours seulement par semaine ? Tout est possible, Il suffit d’un accord du ministère de l’Education, qui financera alors le projet. Les free schools sont donc gratuites, et elles sont, comme les autres écoles, régulièrement contrôlées.

Le but est de remédier à la pénurie d’établissements et d’offrir plus de choix et plus d’établissements de qualité tout en encourageant l’innovation.

C’est le New Schools Network qui aide les parents, les professeurs, à créer leur free School. Natalie Evans est l’une des responsables de cette organisation et Franck Mathevon l'a rencontrée.

Apparemment, les élèves y trouvent leur compte. Ils ont bien appris leurs leçons. Il faut dire aussi que les parents, les enseignants sont très enthousiastes

Il y a des établissements assez classiques et d’autres très originaux ; comme cette école qui enseigne la philosophie de Maharishi, l’ex-gourou des Beatles, fondateur de la Méditation transcendantale. Autre exemple : le club de football d’Everton postule pour l’an prochain avec au programme bien sûr beaucoup de sport.

On remarquera aussi la forte influence de groupes religieux dans plusieurs projets. C’est d’ailleurs l’une des critiques faites aux free schools et ce n’est pas la seule. La réforme est très controversée et les syndicats de profs estiment que l’éducation est une affaire de professionnels.

De plus, les free schools absorbent des sommes d’argent qui pourraient être injectées ailleurs. c’est ce que pense la militante et bloggeuse Fiona Millar, spécialiste des questions d’éducation que vous retrouvez également dans le reportage de Franck Mathevon.

Enfin, les free schools pourraient ouvrir la voie à un enseignement totalement privé destiné à faire du profit. Pour le moment, le gouvernement Cameron a écarté cette possibilité. Mais si cette réforme des free schools est une réussite, pourquoi ne pas aller plus loin ?

Les projets sont de plus en plus nombreux : 24 écoles créées cette année, mais 800 demandes ont déjà été déposées pour 2012 !

Un repportage de Franck Mathevon.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.