Notre Zoom se penche aujourd'hui sur l'interminable attente des étrangers en situation régulière, qui cherchent à renouveler leur titre de séjour en France, notamment à Nanterre.

Devant la préfecture de Nanterre, l'attente des étrangers en situation régulière
Devant la préfecture de Nanterre, l'attente des étrangers en situation régulière © Radio France / Yann Gallic

Depuis le mois de juin, la préfecture de Nanterre est complètement saturée et n'arrive plus à faire face aux nombreuses demandes. Chaque jour, des centaines d'étrangers font la queue dehors, y compris la nuit, dans l'espoir d'être reçus au guichet.

Ils sont des centaines alignés sur le trottoir, à faire le pied de grue sous une pluie battante. On croise ici des personnes âgées, le dos voûté, appuyé sur leur canne, des mères de famille venus avec leur bébé et leur poussette. Tous ces étrangers attendent désespérément de pouvoir franchir les grilles de la préfecture. Certains passent même la nuit dehors, allongés sur des cartons pour essayer d'être les premiers dans la file d'attente.

Un long parcours du combattant : il faut d'abord faire la queue dans la rue pour obtenir un ticket d'entrée. Sans ce petit bout de papier, impossible d'accéder aux guichets. La préfecture de Nanterre distribue entre 200 et 600 tickets par jour. C'est largement insuffisant. Cette organisation chaotique donne lieu à de véritables trafics : certains n'hésitent pas à revendre leur place dans la file d'attente, jusqu'à 250 euros.

Chaque jour vers midi, les grilles de la préfecture se referment sans ménagement. Tous ceux qui n'ont pas pu rentrer devront revenir plus tard...

Un reportage de Yann Gallic

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.