Un raid sportif se termine ce matin : le Raid Total Centrale Paris qui a une particularité, il permet aux entreprises d'aujourd'hui de repérer l'élite de demain. Et la 12ème édition de ce raid a choisi l'Ariège comme terrain de jeu et d'effort, un département pas vraiment connu pour son dynamisme économique. Alors Bruno Lavielle a saisi l'occasion pour vendre son département aux entreprises et aux étudiants. Il dirige un club de lobbying ariégois, le CAPI (interview). Les concurrents ont donc été sensibilisés aux atouts de l'Ariège mais surtout à son relief. Le Raid c'est 200 concurrents, 5 jours de courses, 250 km à pied et en VTT, plus de 8000 m de dénivelé positif. C’est aussi une bonne ambiance. Vous entendez la fanfare. Et tout cela est organisé uniquement par des étudiants de 22 ans en moyenne. Leur budget 180.000 euros est financé aux 3/4 par les entreprises et tout le monde y trouve son compte selon le directeur de Centrale Paris, Hervé Biausser. Tout le monde et d'abord les organisateurs dont l'expérience est très valorisante sur un CV notamment (interview). Tout le monde s'y retrouve mais c'est avant tout un avantage pour les entreprises, car ces jeunes des grandes écoles, on se les arrache. Les entreprises tentent de s'en approcher le plus près possible en constituant des équipes qui concourrent en même temps que les étudiants. EDF par exemple est partenaire depuis le début. Bruno de Magondeaux n'a raté qu'un seul raid en 12 ans, il est clairement là pour vendre son entreprise (interview). Et EDF n'hésite d'ailleurs pas à parler gros sous pour motiver les éventuels candidats encore tentés par la finance. Total est lui le partenaire historique du Raid et c'est son blason qu'il vient redorer devant les étudiants. Une mission confiée après sélection à Nicolas Rigard. Il travaille depuis 2 ans dans le groupe grâce au Raid notamment (interview). Il n'y a pas que des grandes entreprises dans ce Raid. Les plus petites ne s’y prennent pas tout à fait de la même manière pour "draguer" les étudiants. Les entreprises de conseils et de stratégie par exemple sont venues en masse sur le raid et ne perdent pas une minute pour approcher les futurs consultants. Alexandre Grand-Dewyse de chez Bain & Company a même volé au secours de Charles Gras de l'équipe HEC pendant une étape du raid (interview). Les étudiants des grandes écoles sont donc courtisés par ces entreprises qui cherchent en fait un maximum de candidatures pour obtenir finalement le meilleur des meilleurs. _____Un reportage de Bruce de Galzain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.