Toute cette semaine à 7h15, une rétrospective de l'année 2008, une année qui aura bien sûr été dominée par la crise, d'abord bancaire puis financière et maintenant bel et bien économique, avec la récession qui s'installe dans les pays développés. Tout est parti de la crise des subprimes, il y a un an et demi aux Etats-Unis. Mais le grand chambardement, ce fut la chute de la banque américaine Lehman Brothers, il y a 3 mois et demi. Nous sommes le 15 septembre. Washington a déjà sauvé de la faillite plusieurs joyaux de Wall Street, mais ce jour-là, le secrétaire d'Etat au Trésor, Henry Paulson, a décidé de faire un exemple. Le week-end précédant cette date fatidique, il convoque les 10 plus grands financiers américains, réfléchit et finalement laisse tomber Lehman Brothers. L'économiste Philippe Dessertine préside l'Institut de Haute Finance (interview). L'effet domino, c'est exactement ce qui se produit et l'effet est désastreux : les marchés perdent confiance, les bourses plongent... Sur France Inter, Cedric Decoeur s'en faisait l'écho (extrait archives). Et puis le lendemain, Vincent Bezault prenait le relai. La Bourse de Paris n'était alors que fragilisée (extrait archives). Et dans tous les esprits, le krach boursier. Les investisseurs sont inquiets, mais fatalistes, comme Aldo Sicurani de la fédération française des clubs d'investissements (interview). Car immédiatement après la chute de Lehman Brothers, c'est l'économie réelle qui est touchée. Philippe Sergent est restaurateur à Paris, il a perdu 25% de chiffre d'affaire fin septembre (interview). Après la chute de Lehman Brothers, les Banques Centrales puis les Etats américains et européens s'endettent à coups de centaines de milliards d'euros pour soutenir et même nationaliser les banques en difficultés. Ce sont aussi des centaines de milliards qui s'évaporent dans toutes les Bourses du monde. Aujourd'hui, la récession perturbe l'économie et plus personne ne s'aventure à prédire la fin de la crise. Philippe Dessertine a été le 1er économiste à annoncer l'ampleur qu'elle prendrait, il n'est toujours pas très optimiste (interview). L'immobilier précisément. C'est de là que la crise est partie avec les subprimes (ces crédits hypothécaires pourris aux Etats-Unis), c'est encore là que la crise sévit, en France notamment, où le spécialiste de la question, Michel Mouillart, s'attend déjà à une année 2009 pire que 2008 (interview). C'est en fonction des plans de relance des Etats que seront amorcées les sorties de crise ! Le jour où la banque Lehman Brothers est tombée. Un reportage de Bruce de Galzain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.