Il fait froid mais rappelez-vous il y a dix jours, il faisait trop chaud pour la saison. Paris accueille toute la semaine, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, qui doit mettre le point final à son 4ème rapport et confirmer la hausse des températures d'ici 2100. Point sur les solutions technologiques présentées comme des moyens de lutte contre l’effet de serre. D'abord les forêts : elles ont la capacité de manger le gaz carbonique pour le transformer en matière : le bois c'est du carbone solide. Pierre Olivier Drege est directeur Général de l'Office national des forêts (interview). Il y a tout de même un hic. Lors de l'été 2003 on s'est rendu compte que la sécheresse et la canicule ont tranformé les forêts en source de CO2. Non seulement elles ne mangeaient plus le gaz carbonique mais elles en rejetaient. Autre solution évoquée : la capture du CO2. Il s'agit de renvoyer le gaz issu de la combustion des énergies fossiles, pétrole, gaz, charbon dans le sous sol. Isabelle TCHER NI KOW SKI - LAURIOL du Bureau de recherches géologique et minière, affirme que l'opération est sans danger (interview). Première expérience d'ici la fin de l'année dans le sud de l'Ile-de-France. Mais ça ne concerne évidemment que les usines. On ne peut pas capturer le CO2 émis par les pots d'échappement des véhicules. Et puis il y a les idées un peu farfelues. Et pourtant défendues par des gens sérieux comme Paul Crutzen, un Prix Nobel de Chimie. Idée que nous résume Pierre Lefèvre ingénieur et co auteur de "Un nouveau climat" aux éditions de la martinière (interview). Il vaudrait mieux éviter de jouer aux apprentis sorciers. D'autant que les solutions technologiques - même les plus sérieuses - ne suffiront pas si nous continuons à brûler des combustibles fossiles au même rythme. Benjamin Dessus est Président de Global Chance (interview). Un dossier de Nathalie Fontrel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.