En France, une expérimentation de cannabis thérapeutique doit commencer en septembre 2020 sur 3000 patients atteints de cancer, sclérose en plaques ou épilepsie, mais ce marché de l'or vert n'en est qu'à ses débuts et les industriels se positionnent.

Pour l'instant, le site de Cantanhede emploie 200 salariés, mais il compte s'aggrandir dans les mois qui viennent.
Pour l'instant, le site de Cantanhede emploie 200 salariés, mais il compte s'aggrandir dans les mois qui viennent. © Radio France / Véronique Julia

En France, le cannabis thérapeutique, c'est pour bientôt. Une expérimentation doit démarrer au mois de septembre 2020 sur 3 000 patients atteints de cancer, sclérose en plaques ou épilepsie. Dans le monde et en Europe, ce marché de l'or vert n'en est encore qu'à ses débuts mais les perspectives sont prometteuses et les industriels cherchent à s'y faire une place, à l'image du canadien Tilray, qui espère bien conquérir la France. Il vient d'investir 20 millions dans un site de production au Portugal, dont il a ouvert les portes à la presse. Nous l'avons visité. 

À l'approche du site de Cantanhede, à 100 kilomètres au sud de Porto, une odeur bien particulière envahit les narines. Face à nous, une serre d'un hectare. Sous une chaleur tropicale, des dizaines d'employés s'affairent le long d'interminables rangées de plants de cannabis. Armés de gants et de combinaisons, ils traquent la moindre anomalie qui pourrait compromettre la récolte. 

Au Portugal, des conditions parfaites et une place de choix en Europe

"C'est une plante robuste, rustique, qui pousse très vite. A notre niveau, on cherche une haute productivité donc c'est là que ça devient difficile. Si on laisse les feuilles, la plante n'a pas assez de fleurs. On essaie de trouver la balance pour produire le plus de fleurs au mètre carré", explique Alfredo Weel, ingénieur agronome sur le site.

43 variétés de cannabis sont exploitées à Cantanhede, choisies pour leurs teneurs en THC et CBD
43 variétés de cannabis sont exploitées à Cantanhede, choisies pour leurs teneurs en THC et CBD © Radio France / Véronique Julia

Sous la serre, en termes de luminosité, on alterne 12 heures de jour, 12 heures de nuit. Dans ces conditions, la plante pousse en trois mois environ. On peut donc lancer jusqu’à quatre cycles de production dans l'année. Le site a ouvert ses portes en avril dernier. 

Pourquoi le Portugal ? Parce que le pays réunit trois conditions :

  • L'autorisation d’y cultiver le cannabis
  • Une main d'oeuvre abordable
  • Un climat très favorable

"La météo est vraiment intéressante. Il fait assez chaud, il y a assez de luminosité pour pouvoir diminuer nos consommations en électricité et avoir une empreinte carbone moindre" détaille Dounia Farajallah, directrice France de Tilray.

On exploite ici 43 variétés de cannabis, choisies pour leurs teneurs différentes en THC et CBD, deux composants déterminants du cannabis. Selon la pathologie à soigner, certains patients auront besoin d'une concentration plus ou moins forte de chaque. Le THC étant la composante psychoactive (donc euphorisante) du cannabis. Le cannabis est commercialisé ensuite sous trois formes. La fleur, les gélules et l’huile à avaler via une pipette. La fleur, inhalée, se révèle par exemple très efficace pour soulager très vite une violente douleur, car ce mode d'administration agit rapidement. Les gouttes et les gélules sont à effet plus lent. 

Un site sous haute surveillance

Le secret de fabrication est bien gardé, tout comme le site, très surveillé, car la production est sensible à tous égards. "On a des caméras de surveillance partout, des barbelés aussi, moi même je dois montrer mes papiers et je ne rentre pas facilement dans ces murs, explique Dounia Farajallah. Le cannabis n'est pas légal partout, on veut évidemment éviter qu'on nous vole pour alimenter des trafics. Et puis ici, c'est une entreprise pharmaceutique, nos productions doivent répondre à des critères de securité aussi". Car ici on parle bien d’industrie et de produits pharmaceutiques et comme la recherche est encore balbutiante en matière de cannabis thérapeutique, l’entreprise - pour asseoir sa crédibilité - mène des essais cliniques. Une dizaine d'essais sont actuellement en cours, ils portent notamment sur l'épilepsie des enfants et les nausées liées à la chimiothérapie. Le cannabis est en effet réputé soulager ces nausées et réduire les crises d'épilepsies réfractaires (intraitables) des enfants. 

3 conditionnements pour le cannabis thérapeutique: des fleurs séchées, des gouttes et des gélules.
3 conditionnements pour le cannabis thérapeutique: des fleurs séchées, des gouttes et des gélules. © Radio France / Véronique Julia

Le site fournit déjà l’Allemagne et Israël, il vise maintenant le marché français et l'expérimentation qui va s’ouvrir en septembre. Tilray compte répondre à l’appel d’offre. Confiante, l'entreprise agrandit déjà son site portugais : une serre de plus de trois hectares est en construction juste à côté de la première… et les 200 salariés seront sans doute bientôt beaucoup plus nombreux.

ALLER PLUS LOIN

📖 LIRE | Cannabis thérapeutique : le comité d'experts précise les contours d'une prochaine expérimentation

📖 LIRE | Cannabis thérapeutique : la France commence à y penser, ses voisins le font déjà

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.