France Inter à l'APHP
France Inter à l'APHP © Radio France / Véronique Julia

Le directeur général de l'APHP Martin Hirsch s'est attaqué début mai à une montagne : il veut, non pas supprimer, mais réorganiser les 35 heures dans les 38 établissements qu'il dirige. Nous analysons cette réforme en détails ce matin.

Une réforme qui concerne 75.000 personnels, et qui pourrait permettre d'économiser 20 millions d'euros et de préserver d'après la direction jusqu'à 4 000 emplois. Pourtant elle n'a pas que des avantages.

Aujourd'hui, la plupart des personnels de l'APHP travaillent 38 heures par semaine, contre une vingtaine de RTT. L'idée de Martin Hirsch serait de réduire voire de supprimer ces RTT, en s'organisant autrement. Selon l'assistance publique, les personnels pourraient largement y trouver leur compte.

Exemple, contre-exemple

La direction met volontiers en avant des expériences déjà menées, comme à Georges Pompidou. Pour une quarantaine d'infirmières qui testent le système, la perte des RTT serait synonyme de meilleure qualité de vie au travail, et d'une optimisation de l'activité du bloc.

Mais l'expérience est plus contrastée quand on parle au personnel infirmier. Pour l'une d'elles, si certains s'y retrouvent en effet dans la réforme, d'autres la subissent.

Plus globalement, s'il y a un mouvement de résistance, c'est aussi lié au malaise grandissant à l'hôpital : manque d'effectifs, intensification du travail... Et dans ce contexte abandonner quelques RTT est vécu comme une injustice.

De plus, l'hôpital n'est pas une entreprise. Pour Dimitri, infirmier et délégué syndical Force Ouvriere, on perd ainsi de vue l'essentiel : le malade.

Paris, le 28 Mai 2015 - Rassemblement du personnel de l'AP-HP
Paris, le 28 Mai 2015 - Rassemblement du personnel de l'AP-HP © MaxPPP
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.