L'Arizona, au sud-ouest des Etats-Unis, c'est l'état du sénateur John Mac Cain. Le candidat à la présidentielle n'aurait plus que 4 points d'avance dans son propre état sur Barack Obama. Un héros américain n'est pas forcément un héros local. Dans sa circonscription de Phoenix, John Mc Cain avait été élu en janvier le plus inacceptable des 5 candidats républicains à la présidence : pas assez à droite au goût des blancs conservateurs qui dominent la vie publique - les noirs ne sont que 6%. Il y a les indiens au nord, avec une masse de jeunes chômeurs démotivés, et une masse de sans papiers mexicains au sud. C'est aussi un des états du fond du classement pour les inégalités et le niveau d'éducation. Pourquoi un état qui, depuis 60 ans, a toujours voté républicain à la présidentielle, voterait cette fois démocrate ? John MacCain a beaucoup travaillé au Congrès depuis 82 mais on ne l'a pas beaucoup vu faire campagne dans son état. Quand il vient, c'est dans son ranch de Sedona à l'abri des regards. La désaffection des latinos a été grande quand il a cessé de promouvoir l'idée qu'il faudrait régulariser la situation de 12 millions de sans papiers, avant d'avoir fini de construire une double clôture de séparation avec le Mexique. Le business en a subi le contre-coup avec des raids d'arrestations de sans papiers, y compris dans les services municipaux de Phoenix. Et c'est dans l'Arizona que l'on trouve la plus grande réserve indienne des USA, la réserve des Indiens Navajo (reportage). Un reportage de Philippe Reltien et Jean-Marie Porcher, en direct de Phoenix dans l'Arizona.____ Demain : Rendez-vous demain à 7h15 toujours aux Etats-Unis, à la frontière avec le Mexique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.