Nicolas Sarkozy doit prendre la parole cet après-midi devant l'Université d'été du Medef qui se tient depuis hier et pour trois jours à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines. Selon le porte-parole de l'Elysée, le Chef de l'Etat doit y prononcer "un grand discours sur la politique économique qui marquera la deuxième phase des réformes économiques". Un Président de la République à l'Université d'été du Médef, c'est une première qui souligne les relations étroites de Nicolas Sarkozy avec l'organisation présidée par Laurence Parisot. Avec cette boutade, lâchée depuis la tribune, par Laurence Parisot, tout est (presque) dit des relations entre le Médef et Nicolas Sarkozy : l'année dernière, ici-même, les patrons ne cachaient pas leur préférence pour le candidat. Cette année, ils saluent -tous en coeur- les premiers pas du nouveau Président. Mais ce qui plaît aux patrons chez Nicolas Sarkozy, ce n'est pas seulement le "style". Beaucoup disent ressentir comme "un nouveau souffle", en France, depuis son élection. Un souffle enfin favorable, estiment-ils, aux entrepreneurs. Un souflle, enfin, que souhaite en quelque sorte "symboliser" cette visite, aujourd'hui, du Chef de l'Etat. C'est ce que souligne le spécialiste économique, Paul Fabra. Mais au-delà de la psychologie, il y a les mesures bien concrètes, elles. Il y a déjà, adoptés ou annoncés, le paquet fiscal, la réforme du crédit impôt-recherche. Mais il y a également toutes celles qui ont été promises. Pour Jean-Paul Dubreuil -chef d'entreprise, en Vendée- elles sont toutes nécessaires dans l'intérêt général. Un Président attendu sur un autre sujet sensible qui est l'une de ses promesses électorales : la réforme du marché du travail. Ecoutez Charles Beigbeder est le patron de Powéo, qui distribue de l'électricité et du gaz. Flexibilité, donc, mais aussi baisse des charges et donc baisse du coût de la main d'oeuvre française après les mesures de cet été. C'est, désormais ce qu'attendent les patrons de Nicolas Sarkozy. Le Président, cet après-midi, veillera certainement à ne pas les décevoir. Un reportage de Philippe Lefébure

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.