« Les têtes à claques », « PromQueen », « La p'tite couronne », pour les plus connues, les séries créées par les internautes font actuellement un carton sur la toile. A tel point que certaines se retrouvent programmées à la télévision. L'un des plus gros carton : « Les têtes à claques », des yeux globuleux, une grosse bouche et un fort accent québécois. Les internautes français découvrent les personnages de Michel Beaudet en septembre 2006 (extrait des "Têtes à claques"). Un an et demi plus tard, le wally waller a été visionné plus de 16 millions de fois. Les sketches des têtes à claques sont partout : à la télévision, sur les téléphones portables, en DVD - une série faite avec des bouts de ficelles mais qui a fait mouche par son originalité et son format court. Bien entendu, ce succès fait rêver pas mal d'internautes. Sur Dailymotion, des dizaines de Webseries sont en train d'émerger. Martin Rogard, le directeur France du site de partage de vidéo, revient sur le profil de ces nouveaux réalisateurs en herbe (interview). Et surtout, Internet permet d'avoir une audience mondiale sans passer par les schémas classiques de diffusion. En France, un des épisodes de « Nous ne sommes pas des saints », une web fiction humoristique qui a pour sujet le paradis, a par exemple été déjà visionnée plus de 120 000 fois sur Dailymotion (extrait de « Nous ne sommes pas des saints »). Nicolas Ragni, le créateur de « Nous ne sommes pas des saints » est un jeune réalisateur qui, après avoir tenté le chemin de croix classique de démarcher les maisons de production, a fini par choisir Internet pour se faire repérer (interview). Même si leur coût de production est beaucoup moins élevé que celui des séries classiques, les web series doivent trouver les moyens économiques de perdurer. ET à de rares exceptions prêts, le Net n'offre pas de revenus publicitaires suffisants. C'est pour cela que les webséries débarquent également à la télévision. L'occasion pour les chaînes d'injecter un peu de sang neuf dans leur programme. Les chaînes américaines NBC et CBS ont respectivement craqué pour deux web series « Quaterlife » et « We needs Girl Friends ». En France, Canal Plus a été la première à dégaîner avec « Brother and Brother » puis « Les Têtes à claques », mais attention à ne pas se précipiter dans l'effet de mode, précise Arielle Saracco, directrice des créations originales sur la chaîne cryptée (interview). La preuve d'ailleurs, si en France, « Les têtes à claques » réalisent des audiences correctes selon Canal Plus, NBC a annoncé qu'elle retirait « Quaterlife » de l'antenne, faute de télespectateurs. Alors les web séries vont-elles envahir les programmes de chaînes de télévision ? Henrique de Castro n'y croit pas du tout. Il est l'un des directeurs Europe de You Tube, le site américain de partage de vidéo (interview). Un reportage d'Hélène Chevallier.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.