Consulter un médecin à distance, depuis une cabine équipée de tous les outils d’auscultation, avec un médecin en face à face et en direct grâce à une visioconférence, c'est possible. La consult-station, imaginée il y a quelques années par l'entreprise H4D, est en train de se développer en France.

À l'extérieur on dirait une grande cabine de douche. À l'intérieur le patient dispose de tout le nécessaire
À l'extérieur on dirait une grande cabine de douche. À l'intérieur le patient dispose de tout le nécessaire © AFP / GARO / Phanie

Vue de l'extérieur, on dirait une grande cabine de douche. Le coté cabine assure la confidentialité des échanges. À l'intérieur, le patient peut s'asseoir sur un fauteuil semi allongé, il dispose autour de lui de tout un tas d'instruments de mesure : tensiomètre, stéthoscope, otoscope, thermomètre, électrocardiogramme... le kit complet nécessaire pour une auscultation, mais c'est le patient qui va s'ausculter. En face de lui un écran le met en contact avec un médecin qui va guider ses gestes, mais le médecin en question peut être a des kilométrés de là. Il suffit de prendre rendez-vous quelques heures, quelques jours ou quelques minutes plut tôt, et il apparaît à l'heure convenue sur l'écran. En fin de consultation il peut délivrer une ordonnance. 

La cabine n'a pas vocation évidemment à abriter des vaccinations, des plaies ouvertes ou des crises très aiguës, mais a terme elle s'adressera, outre les généralistes, à certaines spécialités comme la dermatologie ou l'ophtalmologie. 

À l'origine du concept, Franck Baudino. Médecin de formation, l'idée lui est venue tout naturellement il y a un peu plus de dix ans. Il travaillait à l'époque dans des zones reculées où l'accès au médecin était difficile. Il fallait parfois des heures pour traverser un col en montagne et aller jusqu'au domicile d'un patient ? Il s'est dit qu'il fallait trouver une solution pour ausculter ces malades à distance. 

Pour l'instant, en France, la cabine est surtout implantée dans des entreprises, et la consultation prise en charge par leurs mutuelles.
Tanguy, salarié chez Vinci en région parisienne, vient de tester celle installée sur son lieu de travail : 

J'ai utilisé la cabine parce que je ne me sentais pas bien, sans elle, je ne me serais pas soigné.

"En région parisienne, il faut trouver du temps et un cabinet médical explique Tanguy. Là, c'est extraordinaire : j'ai eu un rendez-vous, je suis arrivé, le médecin était en ligne, j'ai manipulé les instruments, je suis reparti avec une ordonnance. Je suis allé ensuite à la pharmacie, ça m'a pris en tout 15 minutes !"

Pour l'instant, 60 médecins peuvent répondre à la demande, mais ce n'est qu'un début. Il y a quelques semaines, l'Assurance Maladie a négocié des tarifs remboursables avec les médecins qui feront de la télémédecine, le dispositif va donc pouvoir se déployer. Des dizaines de collectivités rurales ou urbaines en mal de médecins ont déjà fait savoir qu'elles étaient intéressées.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.