Pierre Hurmic, le nouveau maire écolo de Bordeaux a annoncé sur France Inter que sa première mesure serait de geler les programmes immobiliers en cours, pour freiner une urbanisation trop rapide. Celui qui vient de prendre la tête d’une ville à droite depuis 73 ans, bouscule déjà l’héritage d'Alain Juppé.

Tout un quartier se construit derrière la Cité du Vin, à Bordeaux
Tout un quartier se construit derrière la Cité du Vin, à Bordeaux © Radio France / Faustine Calmel

C’était le credo du maire de Bordeaux pendant plusieurs années : attirer des habitants pour faire rayonner sa ville. Un projet qui s’incarne notamment à 20 minutes de tramway du centre, tout près de la Cité du Vin.

A deux pas de ce bâtiment futuriste en bord de Garonne, le quartier Bacalan, de tradition portuaire et populaire, a vu pousser ces dernières années des immeubles modernes et des centaines de logements. "Le quartier conserve un lien social, ce sont beaucoup de familles qui se sont installées", raconte Palmyre, restauratrice qui tient la Conserverie française au bas de l'une de ces nouvelles réalisations. Installée à Bordeaux depuis cinq ans, elle regrette néanmoins le manque de nature : "ça construit de partout. Des tours et des tours et des tours. Mais malheureusement on ne voit pas beaucoup d'espaces verts et cela manque cruellement", explique celle qui se désole des travaux un peu partout. Et effectivement, il suffit de suivre la piste cyclable qui passe devant la terrasse de son restaurant pour se trouver au bord des Bassins à flot où les grues pullulent.

"Il faut prendre le temps d'aller moins vite"

Ce quartier, Vincent Maurin le connait bien pour s’être mobilisé contre. Directeur de l’école Charles Martin toute proche, il est élu communiste dans la nouvelle majorité : "C'est un nouveau quartier en hauteur, des bâtiments montés très proches les uns des autres. Mais on a oublié les services publics, et notamment l'école. Certains parents sont obligés d'aller déposer les enfants dans un établissement à deux kilomètres. Et à la rentrée prochaine, ce sera pareil", fustige celui qui est engagé dans les associations du quartier depuis des années et demande à ce que l'on prenne le temps de réfléchir et de ralentir.

Paradoxe bordelais

Et c’est là l'un des paradoxes bordelais : accueillir les nouveaux arrivants qui viennent chercher un meilleur cadre de vie, cadre de vie que la pression démographique qu’ils imposent met à mal. 

Mais en même temps, ces nouveaux habitants, Parisiens ou Franciliens pour bon nombre d'entre eux, en mal d’espace et de verdure sont aussi des électeurs sensibles à EELV. Et donc des soutiens pour la nouvelle majorité, qui veut freiner l'urbanisation trop rapide.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.