Dans une semaine jour pour jour débutera la sixième Coupe du monde de rugby en France avec, en ouverture, le match entre les Bleus et l'Argentine au Stade de France. Les hommes de Bernard Laporte étaient reçus hier à Matignon par François Fillon et le Premier Ministre a déclaré sentir "monter un engouement pour l'équipe de France et pour la Coupe du monde". C’est en effet ce que l’on constate dans la presse, y compris dans les magazines féminins. Mais qu'en est-il réellement pour la plupart d’entre vous ? Peut-on déjà parler de rugbymania ? Jean-Pierre est le patron du bar "Au Métro" dans la 15ème arrondissement de Paris. Pour l'occasion, il fera installer 2 écrans géants pour vivree les 48 matches. Cependant dans les rues françaises, à l'exception peut-être de Lens, les 10 villes hôtes ne ressentent pas encore un engouement comparable au mondial de foot 98, mais ca frémit, comme dans les boutiques officielles de la Coupe du Monde. Trois boutiques vont ouvrir dans les prochains jours. Une à Marseille et deux nouvelles à Paris, en plus de celle ouverte depuis novembre avenue de l'Opéra, avenue très touristique. Pour Guillaume Flahaut, directeur de licence d'IMG France, l'agence qui gère les droits commerciaux de la fédération internationale de rugby, une tendance nouvelle se dessine depuis 2 mois environ. Le chiffre d'affaire de 67 millions d'euros réalisé en Australie en 2003 devrait donc être largement dépassé. Au hit parade, ballons, casquettes, t-shirts et maillots, celui des Bleus devançant la tunique des All Blacks. Les magasins de sport, eux aussi, qui se frottent les mains. Jamais les rayons rugby n'ont aussi bien marché. Philippe Dourcy, responsable communication de Décathlon, établit un petit parallèle avec le foot. A la Fnac Boulogne-Billancourt, depuis 1 mois et demi, 5 à 6 nouveautés par semaine sont exposées selon l'un des vendeurs, Jean-Baptiste Titson, avec une rude sélection en amont. Et les biographies, celles de Bernard Laporte et Christophe Dominici plus particulièrement, se vendent bien aussi. Mais au rayon sport de l'enseigne, les livres rugby restent, là aussi, moins vendeurs que le foot. 14% contre 9% pour l'ovalie. Toutefois et plus globalement, l'impact économique du Mondial devrait être énorme en France selon Damien Lebas, responsable de l'Observatoire du management sportif à l'ESSEC. Reste à gérer l'afflux des enfants dans les clubs et à transformer l'essai en acquérant une dimension réellement nationale. Alain Doucet, Secrétaire général de la Fédération française de Rugby. Aujourd'hui, le rugby compte un peu moins de 280.000 pratiquants, 8 fois moins que le foot. Le rugby qui, en terme de licences, reste aussi derrière le basket, le tennis, le judo ou le hand entre autres. Un reportage de Nour-Eddine Zidane

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.