C'est aujourd'hui la journée mondiale sans tabac. Et cette année, l'accent est mis sur les femmes et le tabac. Les dernières études sont inquiétantes. Celle publiée par l'institut de veille sanitaire, par exemple, révèle que le cancer du poumon, chez la femme de 40 ans, a été multiplié par 4, en 15 ans. Et selon l’enquête « Paris-Tabac », les jeunes filles fument plus que les garçons. Un foyer éducatif en région parisienne accueille 50 jeunes filles de 13 à 18 ans. Elles représentent une population plus vulnérable et beaucoup fument. Régulièrement, un tabacologue vient discuter avec elles, discuter, pas faire la morale. Et c'est tout l'intérêt de cette action, car les campagnes de prévention, elles peuvent vous les réciter par cœur, mais ça n'a pas beaucoup d'effet sur elles. Le Dr Bernard Gras, lui, explique, sans porter de jugement (interview). De cette façon, Cindy, qui, à 15 ans et demi, fume un paquet par jour, peut mesurer, ce qui la rend si essoufflée dans les côtes (interview). Après 1 heure et demie d'entretien, Cindy, Sarah et les autres commencent à s'agiter et voilà pourquoi (interview). Si la majorité fume, certaines résistent, comme Soumia, mais avec leurs arguments d'adolescentes, qui n'ont rien à voir avec la santé (interview). Et c'est justement parce que ce n'est pas simple que la directrice Josiane Rippert tolère un "léger" manquement à la loi, car dans cet établissement, qui ne reçoit que des mineures, même le jardin est sans tabac (interview). Le portail, assez large heureusement, toujours ouvert en journée, est donc le lieu de rassemblement des fumeurs, éducateurs, administratifs et jeunes filles - jeunes filles qui, elles, sont devenues LA cible de l'industrie du tabac. Dans le monde, jeunes filles et femmes représentent aujourd'hui 20% du nombre total des fumeurs : il reste encore aux cigarettiers un gros marché à conquérir. _____ Un reportage de Danielle Messager.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.