Pairi Daiza, à la frontière avec la France : plus qu'un zoo ! On cherche des animaux, on découvre des paysages, des plantes, de l’architecture et des modes de vie ! France Inter y a passé une nuit avec deux petites filles émerveillées par la vie nocturne de ce site exceptionnel.

Dormir au milieu des ours et des loups - Le logement entièrement vitré offre une vue spectaculaire sur les animaux
Dormir au milieu des ours et des loups - Le logement entièrement vitré offre une vue spectaculaire sur les animaux © Radio France / Angélique Bouin

Situé au nord de Mons à 40 de la frontière française, ce zoo a été primé à trois reprises comme le plus beau d’Europe. Avec Chloé et Ninon, dix ans, nous sommes dans le salon intégralement vitré d’un magnifique lodge qui donne  sur le parc boisé, où se promènent une dizaine d’ours et trois loups.

Fascinés, les enfants regardent les animaux évoluer dans ce magnifique espace au milieu duquel serpente un ruisseau. De la salle de bain, elle aussi vitrée, où trône une baignoire, on ne perd pas une miette du spectacle : un couple d’ours prend le frais dans l’eau tandis qu’un loup vient se lover sur une pierre au pied de la fenêtre.

La nuit on ressent mieux la connexion avec la Nature 

Après une heure d’observation, direction le parc dont une partie reste ouverte le soir aux visiteurs qui y ont pris une chambre. Il y en a une centaine, qui offrent une expérience unique de 24 heures en immersion. C’est une idée du fondateur Eric Domb, comme nous le raconte Claire Gilissène, sa porte-parole:  

"La nuit, il n’y a pas de bruit, il n’y a pas de lumière, donc tous les sens sont en éveil : l’odorat, l’ouïe…  C’est un vieux rêve de notre fondateur, un grand voyageur qui a eu l’occasion de dormir dans des endroits improbables comme de vieux temples, dans la savane ou encore la jungle, et qui a ressenti cette connexion avec la nature que l’on ressent mieux la nuit."

Après un diner rapide à l’auberge russe, face au lac, nous voilà à la nuit tombée dans les allées du parc. Il est 22 heures, nous sommes quasi seuls face au Tigre de Sibérie, quand soudain les loups du Canada, assis  face à la lune, se mettent à hurler.

À la nuit tombée, les hurlements des loups et la danse nuptiale des morses

Un peu plus loin, le cri très particulier des morses nous interpelle. Arrivée devant leur enclos, le couple entame une danse nuptiale, des chatouilles sur ce qui fait office de banquise, puis sous l’eau. Quelques marches à descendre et nous assistons face à un immense aquarium à ce moment magique avec une poignée d’enfants, stupéfaits face à cet animal qu'ils n'ont jamais observé de si près.

La danse nuptiale des Morses de Pairi Daiza
La danse nuptiale des Morses de Pairi Daiza © Radio France / Angélique Bouin

"Une danse nuptiale de morses. Ce n’est pas le type de bête que l’on voit souvent dans les zoos !" 

Guy Vandersande est le botaniste en chef de ce site de 75 hectares où l’on passe d’un village africain aux plages australiennes grâce ses choix subtils d’arbres, de pierres, et de plantes. Pour chaque zone géographique du monde, il cherche avec son équipe les plantes les plus adaptées, à la fois à l’environnement des animaux, mais aussi à ce que le visiteur doit ressentir en entrant dans ces espaces.

"Pour la Terre du Froid, on a fait en sorte que les  paysages soient  les plus "bruineux" possible avec un panel de blanc et de gris : on a travaillé sur les couleurs des feuillages pour faire voyager le visiteur dans l’espace…"

L'architecture, la végétation : Tout est authentique et transporte les visiteurs au quatre coins du monde : ici dans une réserve amérindienne.
L'architecture, la végétation : Tout est authentique et transporte les visiteurs au quatre coins du monde : ici dans une réserve amérindienne. © Radio France / Angélique Bouin

Les concepteurs du zoo prennent un soin méticuleux pour reproduire l’habitat naturel des animaux, la végétation mais tout aussi fascinant est le soin apporté à l’architecture des bâtiments du site. Dans le jardin chinois aux bonzaïs centenaires se dresse par exemple un temple authentique.

"On met beaucoup en avant la spiritualité, tous les bâtiments, le village africain, les temples… Ce n’est pas du carton-pâte ! Le temple bouddhiste a été construit par des Chinois en Chine. Il a été démonté et remonté ici, et on installé un bouddha à l’intérieur selon les règles sacrées d’installation d’un bouddha", explique le botaniste.

De ce temple, une longue balade via un labyrinthe aquatique nous emmène devant l’enclos des pandas géants prêtés par la Chine. La Fondation Pairi Daiza, nous explique leur soigneur Robin,  participe à la sauvegarde de nombreuses espèces. 

"Le gros problème du panda c’est la reproduction : la femelle n’est fertile que deux ou trois jours par année, c’est assez complexe, on travaille donc avec des scientifiques avec ces pandas prêtés par la Chine !"

Devant leur enclos, comme partout ailleurs dans le parc, de vastes panneaux nous sensibilisent à la protection de la nature.

L'équipe
Contact