Quatre-vingts secondes pour revenir ce matin sur un événement que la crise des gilets jaunes et la sidération face au chaos dans Paris ont renvoyé au tréfonds de l’actualité alors qu’il dit beaucoup de choses sur la crise profonde que traverse l’Europe.

Manifestation "We Stand With CEU", contre le déménagement de l'Université d'Europe Centrale (progressiste) hongroise de Budapest,  Vienne.
Manifestation "We Stand With CEU", contre le déménagement de l'Université d'Europe Centrale (progressiste) hongroise de Budapest, Vienne. © Maxppp / Zsolt Szigetváry

Il s’agit de l’annonce du transfert de l’Université d’Europe centrale de Budapest en Hongrie vers Vienne. Le pouvoir de Viktor Orbán était en guerre contre cette petite université, fondée par le financier Georges Soros, figure haïe des populistes.

Le quotidien AOC publie un très beau texte collectif, signé par un groupe de professeurs de cette Université d’Europe centrale. Ils racontent la vie de cette oasis culturelle, un lieu de rencontre pour nombre de grands chercheurs, d’intellectuels, venus du monde entier. La diversité extrême des étudiants, la manière dont ils étaient accompagnés. Le rôle protecteur aussi qu’avait cette université libre pour toutes les autres, en Hongrie. Viktor Orbán a donc gagné la bataille, l’Université s’en va et avec une part de progressisme dont elle était un fier bastion.

Lisez ce texte, il est mélancolique, désenchanté mais surtout extrêmement inquiétant. Il est en ligne sur aoc.media

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.