Quatre-vingts secondes ce matin, alors que le débat sur le mouvement des gilets jaunes se concentre sur le « référendum d’initiative citoyenne » et plus largement sur la réforme de nos institutions, pour partager avec vous l’analyse qu’en fait le grand avocat François Sureau.

Palais de l'Elysée
Palais de l'Elysée © Getty / Bernard Annebicque / Sygma

Il est longuement interrogé dans Le Figaro ce matin.

Il constate l’impossibilité à gouverner des trois derniers présidents. Un champ de ruines qu’il impute au quinquennat et à l’alignement de la présidentielle et des législatives. Le président, dans ce système, se retrouve seul face à des français qui ont l’impression de ne pouvoir s’exprimer qu’une fois tous les cinq ans, les autres élections, dans l’intervalle, n’ayant pas la même importance. François Sureau pense urgent d’étendre le mandat du président à six ans et de ramener celui des députés à quatre. Dans cette configuration, le Président a du temps mais la possibilité rapide d’une cohabitation redonne du pouvoir aux partis et aux citoyens, le débat s’en trouve structuré et la colère peut avoir un débouché.

Vers un « sixtennat » pour le Président ? C’est la proposition de François Sureau, qui par ailleurs revient avec finesse sur le mouvement des « gilets jaunes » : « plus qu’une émeute, moins qu’une révolution » dit-il. C’est à lire dans Le Figaro.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.