Quatre-vingts secondes ce matin pour vous recommander la lecture de ce très bon journal qu’est La Croix.

Journaliste photo-reporter, en mission, transportée et protégée par un van.
Journaliste photo-reporter, en mission, transportée et protégée par un van. © Getty / AleksandarNakic

Dans une époque où l’info va toujours plus vite, ce quotidien assume de ralentir et de refroidir son traitement de l’actualité. Et c’est souvent salutaire. 

Exemple encore ce matin, avec cette Une : « Quand les médias deviennent une cible ». Pendant les manifestations de Gilets jaunes, de nombreux confrères et consœurs ont passé de sales moments, crachats, insultes, « youpin macroniste » par exemple, et cette tentative de lynchage d’une équipe de BFM TV à Toulouse. Des reporters partent la boule au ventre, ils sont parfois entourés de gardes du corps, certains demandent une aide psychologique à leur retour.

L’article de La Croix analyse ce ressentiment. Une part du malentendu vient de la confusion entre ce que les gens disent et lisent sur les réseaux sociaux, et qu’ils considèrent comme de l’information au sens strict, et ce qu’ils voient, ensuite, à la télévision. Cette différence peut et doit s’expliquer mais elle est prise pour une trahison et génère, dans certains contextes, de la haine et de la violence.

Ajoutez à cela une classe politique qui, dans son ensemble, le populisme anti-médias le plus décomplexé, et vous avez les ingrédients du climat actuel. Aux Etats-Unis, explique La Croix, Donald Trump a fait de la haine des médias une manière de gouverner. « Je pense qu’il va finir par faire tuer quelqu’un » dit le patron de l’excellente Columbia Journalism Review. GETT

L'équipe
Suivre l'émission
(ré)écouter Les 80'' de Nicolas Demorand : Agir pour ma planète, Radio France s'engage Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.