Quatre-vingts secondes ce matin sur le très beau livre de photos aériennes de la capitale signé Yann Arthus-Bertrand.

Le photographe Yann Artrhus Bertrand sur les toits de Paris, face à la Tour Eiffel
Le photographe Yann Artrhus Bertrand sur les toits de Paris, face à la Tour Eiffel © Maxppp / Aurelien Morissard

Vous serez frappé par la couverture de cet album, une photo de Notre-Dame de Paris intacte, avant l’incendie. C’est quasiment une carte postale des temps anciens.

Vue du ciel, l’histoire de Paris se lit à livre ouvert. La place du patrimoine ancien est évidemment majeure, les bouleversements de la ville haussmannienne continuent à structurer le tissu urbain mais, de manière contrintuitive, la capitale n’est pas le musée rigide qu’on imagine parfois. Les bâtiments modernes ou contemporains s’intègrent parfaitement au plan d’ensemble de la ville. Et certains qu’on trouve laids, quelconques ou incongrus quand on les longe à pied, prennent une majesté ou un sens différents vus d’en haut. La fac de Jussieu par exemple ou la canopée des Halles sont des merveilles. La Tour Montparnasse, en revanche, garde toute sa laideur en altitude.

Ces photos ont été prises tout au long de ces dernières années, elles en appellent d’autres, quand émergera la Grand Paris. Certaines images sont malicieuses comme celle de ce quai de Seine saturé de piétons en bas et congestionné de voitures en haut — je m’étonne que l’embouteillage de promeneurs ne fasse pas plus râler. _Paris vu du ciel_aux éditions du Chêne, photos Yann Arthus-Bertrand, très bons textes de Philippe Trétiack qui m’a fait redécouvrir le concept de « perspective vicieuse », j’adore l’expression, et l’idée. Le livre est en librairie demain. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.