Quatre-vingts secondes ce matin sur la série documentaire "Street food" que propose Netflix depuis quelques jours. Neuf épisodes de 30’ réalisés par la même équipe qui a arpenté le monde à la rencontre des très très grands cuisiniers de la planète, ça s’appelait Chef’s table.

Capture d'écran de la bande annonce de la série documentaire "Street Food" sur Netflix
Capture d'écran de la bande annonce de la série documentaire "Street Food" sur Netflix

Changement radical d’univers donc : on quitte la galerie des glaces et les nappes amidonnées pour les trottoirs d’Osaka, Bangkok, Delhi, Séoul, Hô-Chi-Minh-Ville, Singapour et quelques autres villes encore. Des gargotes, des bouis-bouis, des carrioles, des comptoirs de marchés, de la vaisselle en plastique, quand il y en a, des petits tabourets distribués sur le pavé. 

On parle ici de la grandeur de la cuisine de tous les jours : l’assiette du passant, la soupe avalée en famille, le casse-croûte pris à la volée sans descendre de mobylette. Ces échoppes sont des havres pour ceux qui, à l’origine, n’avaient pas de cuisine chez eux et la trouvaient donc dans la rue. 

Beaucoup de femmes animent ces restos de rue, presque aucune n’avait la vocation mais après une vie en morceaux, elles disent avoir trouvé une unité, parfois un destin en faisant à manger et en créant son petit commerce.

La série est agréable à picorer, belle au risque parfois du maniérisme. Elle parle autant, sans doute même plus de parcours de vie que de nourriture. Elle s’intitule donc Street food et elle est diffusée sur Netflix.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.