Quatre-vingts secondes à la veille de l’ouverture du Mondial de l’auto pour vous confesser mon amour des émissions de customisation de voitures.

Nicolas Demorand confesse ce matin son amour des émissions de belles bagnoles !
Nicolas Demorand confesse ce matin son amour des émissions de belles bagnoles ! © Getty / Car Culture

Si vous avez une conscience écolo, passez votre chemin. Ces programmes sont à la gloire de la bagnole, du moteur monstrueux et de la gomme sur l’asphalte. Passons aussi sur cet univers qui reste quasi exclusivement masculin, voire machiste, même dans le récent Car Masters de Netflix.

Mais le plus intéressant, dans West Coast Custom par exemple, série déjà ancienne, c’est la mise en majesté du travail manuel, son héroïsme. Ponçage, emboutissage, rivetage, peinture, soudure, couture, découpe à l’eau ou à la scie, enduits, électricité : chaque geste technique est décrit comme une somme de contraintes ou d’impossibilités majeures, le dénouement étant une bagnole chromée aux pneus larges.

Il faut reconnaître à la télé-réalité, que ce soit sur la pâtisserie, la cuisine, le jardinage, la couture ou donc la customisation des voitures, une force qu’aucun discours sur l’apprentissage n’aura jamais. En France on adooooooore ces filières dès lors qu’on n’a pas à y mettre ses propres enfants. Ces séries, dans une forme imparfaite et souvent racoleuse, mais pas toujours, montrent tout simplement des gens heureux et fiers de faire ce qu’ils font.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.