Paysage après la bataille. Quatre-vingts secondes ce matin sur un article que Cécile Braconnier et Jean-Yves Dormagen consacrent aux résultats de l’élection européenne.

Bureau de vote en Grèce
Bureau de vote en Grèce © Getty / SOPA Images

Européennes, le retour aux urnes ?

Ces deux grands spécialistes de l’abstention ne pouvaient qu’être intrigués par un scrutin qui a vu un bond de la participation.

Ce bond, il est notable partout, dans les quartiers ou les villes qui, en temps normal, votent déjà beaucoup et dans ceux où l’on vote extrêmement peu. Ainsi, 65% des inscrits du 5e arrondissement de Paris ont voté, un chiffre qui tombe à 25% dans certains quartiers de Saint-Denis. Si dans les deux cas on enregistre la même hausse de 10%, on voit bien l’ampleur de l’écart et donc du problème. 

Braconnier et Dormagen analysent finement et prudemment les causes possibles de ce rebond de la participation, prudence redoublée sur l’effet qu’a pu avoir le mouvement des Gilets jaunes et sur la durée possible de ce regain d’intérêt électoral. Car l’autre élément qu’ils apportent au débat, c’est ce qu’ils appellent « le vote désenchanté » : le citoyen allant aux urnes sans penser que cela changera quoi que ce soit, sans avoir vraiment le choix, et qui se décide pour des raisons négatives plus que positives.

📖 LIRE - Cécile Braconnier et Jean-Yves DormagenEuropéennes, le retour aux urnes ? », en ligne sur le site du quotidien d’idées AOC. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.