La galanterie est-elle une esthétique encore vivante ou un mode de relations archaïque entre les hommes et les femmes ? Quatre-vingts secondes sur un livre passionnant que le grand spécialiste de littérature classique, Alain Viala, consacre à cette "mythologie française".

La galanterie
La galanterie © Getty / Vincent Besnault

Le précédent livre d'Alain Viala sur le sujet couvrait le XVIIe siècle ; celui-ci part de la Révolution jusqu’aux vifs débats contemporains sur le sujet.

Le problème de la galanterie, c’est qu’elle a toujours été instable et difficile à définir : politesse, raffinement, courtoisie, savoir-vivre ou au contraire code de séduction des femmes par les hommes, ouvrant sur la domination de celles-ci par ceux-là. 

La galanterie, c’est aussi un immense répertoire d’œuvres d’art. Plus récemment, elle fut en elle-même considérée comme un « lieu de mémoire », quelque chose qui a donc à voir avec l’esprit et même le génie français. Alain Viala montre qu’à chaque époque, la controverse accompagne la galanterie, jusqu’aux tribunes de presse contemporaines et aux plateaux télé. 

C’est un livre de chercheur, dense et précis, mais il est parcouru du plaisir immense de l’érudition et écrit d’une plume joueuse. _La galanterie, une mythologie française_, aux éditions du Seuil, à lire avant de s’empoigner dans une des polémiques brûlantes qu’adore l’époque. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.