Quatre-vingts secondes supplémentaires ce matin sur le thème toujours fécond de l’hygiène numérique :

ne pas être absorbé par son smartphone, juguler l’offre infinie de loisirs, l’éparpillement de ses données, la course à la nouveauté technologique, la folie de la notification, la pluie de mails. J’arrête là, nous voyons tous de quoi on parle. 

La réflexion sur le phénomène et les guides pour le domestiquer pullulent, c’est devenu un genre en soi. Mais le livre que publie Karine Mauvilly dans l’excellente collection « Anthropocène » au Seuil est étonnant parce qu’il tente de penser l’hygiène numérique comme un enjeu individuel, évidemment, mais aussi un combat collectif. A l’école, en entreprise, dans cette petite usine aussi qu’est une famille.

A côté de droits à inventer et défendre, vous trouverez une myriade de conseils pratiques : lire un magazine télé en papier au lieu de laisser l’algorithme choisir. Réhabiliter le téléphone fixe. Sortir au cinéma. Manger en famille sans écran. Marcher à l’inconnu dans une ville au lieu de laisser une application touristique guider vos pas. Ça vous semble simple ? En y réfléchissant 5 minutes, on se rend compte qu’adopter un mode de vie alternatif relève du combat de chaque instant.

Cyberminimalisme de Karine Mauvilly est publié aux éditions du Seuil.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.