Quatre-vingts secondes avant l’automne pour partager une lecture d’été.

Philipp Meyer
Philipp Meyer © AFP

Un roman extraordinaire qui se déroule au Texas du milieu du XIXème siècle à nos jours. Il s’intitule Le Fils, on le doit à l'écrivain américain Philipp Meyer, il est sorti il y a 4 ans. 

La structure est simple : trois personnages d’une même famille, celui qu’on appelle le Colonel, le patriarche qui a connu la guerre, les guerres, de Sécession et contre les Indiens. Deuxième personnage, son fils Peter, bourré d’autant de doutes que son père l’est de brutalité. Enfin, l’arrière-petite-fille Jeanne Anne, qui va bâtir un empire pétrolier et se trouve tout au bout de l’histoire familiale.

Les chapitres alternent entre ces trois personnages, structure simple et efficace. Vous êtes littéralement happé par la beauté, le gigantisme d’un Texas encore sauvage, peuplé par les Indiens, un monde qui finit par s’estomper avec le temps, quand les champs de pétrole remplacent les ranchs. Entre cette toile de fond et les autres paysages, intimes, le roman manie les échelles à la perfection.

Je ne peux pas et surtout ne veux pas vous en dire plus de peur de vous priver d’une once de plaisir. Le plaisir du « western », entre beaucoup de guillemets, le plaisir de l’épopée, le plaisir en un mot du grand roman américain.

Le Fils, Philipp Meyer, Livre de Poche, 9.20€

Lire un extrait

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.