Quatre-vingts secondes, ce matin, sur Georges Pompidou, le 50e anniversaire de son accession à l’Elysée va être salué, analysé, disséqué, la semaine prochaine, lors d’un grand colloque qui aura lieu, évidemment, au Centre Pompidou à Paris.

Georges Pompidou lors d'une conférence de presse à l'Elysée, en janvier 1970
Georges Pompidou lors d'une conférence de presse à l'Elysée, en janvier 1970 © AFP / AFP

50e anniversaire de l'accession de Georges Pompidou à l’Elysée

En parallèle, sort un livre qui plonge dans « l’intimité du pouvoir » pompidolien, richement illustré, bourré de documents dont certains sont inédits. Personnellement, je ne savais pas que Pompidou portait un médaillon en or pendant son mandat pour conserver le code nucléaire de la France...

Il y a des chapitres classiques sur les relations internationales, Pompidou et la Chine, l’Afrique, les Etats-Unis, la construction européenne. D’autres textes se penchent sur les relations avec De Gaulle, Mai 68, la politique industrielle. Les passages sur le corps de Pompidou sont passionnants : le corps rond de celui qui aime manger ; le visage, le nez, les sourcils, l’éternelle clope au bec, tous providentiels pour les caricaturistes de l’époque ; et puis, bien sûr, le corps malade et l’effroi qu’il pouvait susciter chez ses visiteurs.

L’iconographie est magnifique, les hipsters de 2019 devraient aller y voir, ils vont tomber dans les pommes tellement le design, le style de l’époque, par une étrange boucle, sont redevenus modernes. 

Dans l’intimité du pouvoir, La Présidence de Georges Pompidou, éditions Nouveau Monde.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.