Quatre-vingts secondes ce matin sur un très beau texte que publie Luc Dardenne dont le film "Le jeune Ahmed", réalisé avec son frère, était projeté hier au Festival de Cannes.

Que voit-on au cinéma ?
Que voit-on au cinéma ? © Getty / Hero Images

La réflexion de Luc Dardenne part d’images de la mort, la mort telle qu’elle surgit dans les vidéos de souffrance animale ou dans celles issues de la barbarie d’une exécution terroriste. La mort, jamais le cinéma ne pourra la montrer ainsi. 

Car le cinéma est du côté de la vie, « une vie plus intense que la vie », une « vie comme on ne la voit pas dans la vie », en somme une « vie qu’on n’a jamais vue » dit le cinéaste belge qui décrit encore ces « scènes de vie où les gens marchent, dansent, sautent, où un enfant mange, donne à manger, court vers la caméra, (…) le hasard et l’imprévisible dans les mouvements de ces corps, leurs gestes, leurs regards ». Le texte est magnifique, intense. On y sent, tout simplement, le bonheur de faire du cinéma. 

« Quelques remarques sur l’image cinématographique » de Luc Dardenne. Prenez, si vous le pouvez, un instant pour lire ce texte lumineux, il est publié par le quotidien d’idées AOC, dont je vous parle souvent ici. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.