Puisque les enfants n'ont pas pu manger les 15 000 tonnes de chocolat vendues ce weekend... Quatre-vingts secondes pour prolonger la passion du chocolat et vous donner un petit aperçu de ma journée…

Quand la chocolat devient une passion
Quand la chocolat devient une passion © Getty / Daniel Grizelj

Après la matinale, direction ma cuisine avec On va déguster, le livre de l’ami François-Régis Gaudry. Page 165, on trouve la recette du « meilleur gâteau au chocolat du monde », dixit le pâtissier Pierre Hermé…  

Avant d’allumer le four, je mettrai le volume à fond pour écouter l’opéra-chocolat le plus sublime. « Cosi fan tutte », scène 8…  

A l’époque de Mozart, le chocolat chaud était réservé aux seuls aristocrates… 

C’est la servante, Despina. Elle est furieuse. Elle prépare le chocolat chaud pour ses maîtresses et il faut le battre pour le faire mousser. C’est long, épuisant et injuste pour elle qui n’en a jamais bu et qui est condamnée à se contenter de l’odeur… 

Mais Despina se révolte au nom de l’égalité — elle finit par oser y goûter. 

Normalement, vers la fin de l’opéra, le gâteau devrait être cuit. Je compte le manger en regardant un film… Pourquoi pas Forrest Gump

Maman disait toujours : la vie, c’est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber

J’ai lu quelque part qu’on pouvait devenir dingue de chocolat et que ça porte même un nom : « chocolatomane ». 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.