Le site AOC publie un article sur l’affaire Claas Relotius,du nom de ce grand reporter du "Spiegel" en Allemagne qui était le meilleur des journalistes qui soit, bardé de prix et de louanges, à ceci près qu’il avait bidonné ses reportages et que son grand talent était donc celui d’un faussaire.

 Claas Relotius
Claas Relotius © Maxppp / EFE/ Gert Krautbauer

C’est le professeur de littérature Vincent Kaufmann qui imagine à partir de là un scénario de série ou de film, dont l’argument ne serait pas, comme c’est souvent le cas, de louer la grandeur et la blancheur du journalisme mais l’inverse, c’est-à-dire le sombre portrait d’un renégat. Le second rôle serait intéressant, celui d’un petit journaliste obscur, écrasé par la star, jaloux de son talent, qui mènerait l’enquête et démasquerait le truqueur. Ça s’est d’ailleurs passé comme ça.

Je vous laisse découvrir les conclusions qu’en tire Vincent Kaufmann, sur la vérité et la vérification des faits, sur ce qu’est un récit journalistique, sur les mécanismes de la croyance et de la confiance qu’implique, de la part du public, le journalisme pour fonctionner. « Un faussaire à l’ère des fake news », c’est le titre de l’article d’AOC et tout un programme dans le contexte actuel. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.