Quatre-vingts secondes pour vous parler d’une révolution qui s’annonce à l’Académie française : après des années de résistance, les Immortels vont féminiser les noms de métiers.

Académie française
Académie française © Getty / Ian.CuiYi

Un rapport sur le sujet leur sera remis aujourd’hui… On pourra enfin dire « avocate » ou « informaticienne » ! Et plus besoin de dire « LE ministre est enceinte »…  

C’est une défaite pour l’Académie ! L’une des pires défaites de son histoire pour Michel Feltin-Palas de L’Express  Et il explique pourquoi ça aura pris autant de temps. Le conservatisme : l’institution n’aime pas le changement. Une profonde misogynie aussi… L’historien Pierre Gaxotte disait en 1980 : 

Si on élisait une femme, on finirait par élire un nègre

Beaucoup plus drôle, la linguiste Maria Candea rapporte que certains académiciens n’aimaient pas « doctoresse » parce que ça rime avec « fesse »… Même si ça rime aussi avec « princesse ». Un autre s’est opposé à « rectrice » parce que ça lui évoquait « rectal ». Un dernier — que j’adore : cet académicien qui ne voulait pas « d’écrivaine », parce qu’on entend « vaine ». Il n’avait pas pensé que dans « écrivain », il y a « vain ». Je n’invente rien… 

Il y a des défaites qu’on a envie d’applaudir… 

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.