Quand une enquête journalistique devient une quête métaphysique. Quatre-vingts secondes ce matin sur le livre que le journaliste Richard Lloyd Parry a consacré à Lucie Blackman, disparue à Tokyo en 2000 : "Dévorer les ténèbres, enquête sur la disparue de Tokyo".

Photo de la police de Lucie Blackman, disparue de Tokyo, dont le corps a été retrouvé dans une grotte en 2001
Photo de la police de Lucie Blackman, disparue de Tokyo, dont le corps a été retrouvé dans une grotte en 2001 © AFP / .

Lucie Blackman est cette jeune femme britannique de 21 ans qui travaillait dans un « bar à hôtesses » de Tokyo jusqu’à sa disparition soudaine, à l’été de l’an 2000. On la retrouvera morte, assassinée, grossièrement enterrée dans une grotte au bord d’une plage.

Richard Lloyd Parry était alors journaliste à Tokyo 

Il suit l’affaire car elle intéresse les médias et tabloïds britanniques. Son livre est d’une grande précision factuelle sur les derniers jours de la disparue puis, par cercles concentriques, sur ces bars où travaillent des « hôtesses » étrangères, sur la police japonaise défaillante, sur le système judiciaire du pays, mis en déroute par cette affaire. C’est un livre aussi sur toute l’humanité, généreuse ou abjecte, qui gravite autour de la famille de la victime. Et très vite, donc, l’enquête classique prend une dimension sombre, obsessionnelle, le journaliste se fait happer, dévorer par la disparition de Lucie

Richard Lloyd Parry tente de rendre justice à cette jeune femme dont l’existence aurait dû rester anonyme et heureuse dans sa banalité. Ce livre est une biographie qui prend le temps d’écrire longuement une vie qui aura été trop courte. Dévorer les ténèbres, enquête sur la disparue de Tokyo est publié aux éditions Sonatine.

L'équipe
Contact