La série Atypical met en scène un autiste ordinaire... Pas un savant fou. Et c'est important, car la différence fascine quand il s'agit de capacités supérieures, mais elle fait peur quand elle se situe dans la difficulté.

Photo de la saison 1 d'"Atypical"
Photo de la saison 1 d'"Atypical" © FR_tmdb / Netflix

Une scène culte du cinéma : Dustin Hoffman - Tom Cruise. Nous sommes en 1989. Rain Man, 4 Oscars... L'un des premiers films à aborder le thème de l'autisme. 30 ans plus tard, ça donne la série Atypical sur Netflix.

Son héros : Sam Gardner, 16 ans. Sam n'est pas comme Ray, il n'est pas Asperger. C'est donc l'histoire d'un ado autiste... ordinaire. Et ce mot est important, car la différence fascine quand il s'agit de capacités supérieures, mais elle fait peur quand elle se situe dans la difficulté.

Or, le syndrome du savant ne concerne qu'un nombre restreint d'autistes... Sam représente donc tous ces hommes et toutes ces femmes à l'intelligence ordinaire qui luttent chaque jour contre leurs angoisses : premier défi relevé.

Atypical permet aussi au spectateur de mieux comprendre, et même de s'identifier : on voit le monde à travers sa voix off et son regard. Il a une hypersensibilité sensorielle, irrité par les bruits et la lumière, ceux-ci sont accentués pour mieux nous aider à comprendre ce qu'il ressent. Terminé le personnage autiste mystérieux qui semble venir d'une autre planète.

Mais c'est toujours difficile de représenter la diversité sans tomber dans le piège du stérétotype. Sam n'est pas Asperger d'accord, mais il est tout le reste critiquent certains spécialistes, il coche toutes les cases et donne l'impression d'avoir été façonné par la page Wikipédia sur l'autisme.

Il y a autant d'autismes que d'autistes, on le sait aujourd'hui et les créateurs d'Atypical ont peut-être trouvé une solution : dans la saison 2 avec des acteurs... eux-mêmes autistes. Et ça n'empêche pas la série d'être aussi drôle que crue. Ne boudons pas notre plaisir quand les choses avancent.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.