Dans le cadre de ce premier 7/9 à l’heure américaine, quatre-vingts secondes ce matin sur l’analyse fouillée que propose la philosophe Sandra Laugier de ce qu’elle appelle la « deuxième vague des séries américaines féministes ».

Image promotionnelle de la série "Mrs America"
Image promotionnelle de la série "Mrs America"

Des séries télé où les femmes n’occupent pas seulement les premiers rôles mais qui, surtout, « offrent au public des outils d’analyse culturels de la situation des femmes ».

Je vous en ai déjà recommandé plusieurs, dans ces 80 secondes : Mrs America, Unbelievable, Big Little lies, Unorthodox… Je ne peux pas toutes les citer, Sandra Laugier a bien raison : c’est une véritable vague désormais, dans le sillage du mouvement Me Too, une vague qui croise aussi les questions du racisme et de l’antiracisme comme dans la série Watchmen. Toutes ces séries ont un point commun : « elles ne se cantonnent plus au rôle de « miroir » d’une société, elles revendiquent l’histoire du féminisme, réclamant d’en faire partie et de directement changer les choses ».

Et c’est là que l’on retrouve la puissance politique de la culture populaire : ces séries mettent en scène des débats et des combats qui traversent le réel, elles fournissent des outils de mobilisation intellectuels et civiques à ceux qui les regardent. Politiquement, elles sont progressistes ; dans le camp d’en face, on regarde Fox News. La polarisation est extrême et elle passe aussi par la télé. Ce texte de Sandra Laugier est à lire sur le site AOC. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.