Quatre-vingts secondes ce matin sur l’incroyable livre présentant la collection d’affiches de la Révolution française détenue par l’Assemblée nationale.

Calendrier républicain réalisé en l'an II de la République française
Calendrier républicain réalisé en l'an II de la République française © Getty / DEA / G. DAGLI ORTI

Placardées sur les murs à l’époque, l’affiche a, pour commencer, un rôle d’information sur les événements en cours, quels qu’ils soient : le déblaiement des ruines de la Bastille, l’appel aux citoyens pour fabriquer de la poudre à canon, le récit de l’arrestation de Louis XVI à Varennes. 

Les lois s’affichent également sur les murs, et dès cet instant nul n’est alors censé les ignorer. 

Et puis il y aussi les affiches calomnieuses, pleines de rumeurs, de "on-dit" : c’est un déferlement qui indique à la fois la naissance d’un espace public libre, contestataire, et la difficulté à réguler la liberté d’expression. 

Il faut imaginer ceux des citoyens qui savaient lire faire la lecture pour les passants dans les rues. Il faut voir aussi l’inventivité graphique et typographique pour attirer l’œil et frapper fort, comme la une d’un journal moderne : « Citoyens ! Veuillez lire et penser » ; « Citoyen, un mot » ; « Arrêtez-vous et lisez », « Se taire est un crime lorsque parler est utile ». J’aime beaucoup aussi « Légitimité, nécessité du divorce prouvées par l’exemple des rois de France ».

Le livre est disponible en librairie, une exposition suivra à parti du 21 septembre. Le livre est une co-édition Fayard/Assemblée nationale, d’où une préface de Richard Ferrand qui écrit : 

Ce qui fut véritablement révolutionnaire en 1789, ce fut l’apparition de l’Assemblée nationale. 

Historiquement juste et peut-être, peut-être à lire à la lumière de l’actualité.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.