Peut-être avez-vous pris quelques kilos pendant les fêtes et vous apprêtez-vous à entamer le "dry january" qui nous invite à réduire ou stopper notre consommation d’alcool au mois de janvier.

Haïkus sur l'art de boire et de manger
Haïkus sur l'art de boire et de manger © Getty / Kilito Chan

Si vous êtes donc d’humeur abstinente, diététique ou ascétique, quatre-vingts petites secondes ce matin sur un livre qui au moins nourrira votre âme et votre esprit. Il s’agit d’un recueil de haïkus sur "l’art de boire et de manger".

En voici un qui nous rappellera les deux dernières semaines ou les bons souvenirs du monde d’avant : "Toute une demi-journée/ivre près de Dieu — banquet de fin d’années". Un autre, sur la mélancolie de la fête : "Beaucoup de fêtards sous les fleurs — mon saké n’est pas filtré/et mon riz est noir". Plusieurs haïkus esquissent aussi des recettes de cuisine : "canard au four avec du persil sauvage — première glace des rizières/au pied des montagnes" ou encore : "Elle transperce de brindilles de saule/des petites dorades/la femme du pêcheur". Et par ces temps froids, je l’aime beaucoup : "J’approche le petit brasero/près de moi, comme j’approcherais/le cœur d’un autre". Quant au mois de février, après le dry january, voici le programme : "Vidons un tonneau/de deux mesures de saké ! et prenons-le pour vase".

Je vous avais déjà parlé ici des haïkus du temps qui passe et de ceux des quatre saisons. Ceux sur "l’art de boire et de manger" sont les derniers publiés dans une magnifique petite collection des éditions du Seuil. 

L'équipe
Contact