Quatre-vingts secondes ce matin sur le numéro d’automne de la revue "Charles", dont le dossier central est consacré à l’enivrante question des relations entre le vin, le pinard, et la politique.

CApture d'écran du site de la revue "Charles", sur l'articles "Les lobbies du vin"
CApture d'écran du site de la revue "Charles", sur l'articles "Les lobbies du vin"

En France, le sujet est classique mais il se boit toujours bien. Par exemple, avec ce portrait de Virginie Routis, la sommelière de l’Elysée. Elle raconte les coulisses des dîners d’Etat, son petit plaisir de voir un invité apprécier ce qu’il boit, son indifférence quand un autre, le patron de Facebook Mark Zuckerberg par exemple, ne touche pas son verre. Tout le reste est secret défense, ses conversations avec les présidents, les quilles qui dorment dans la cave du Château et les goût pinardiers de Donald Trump

Très bon article également sur « la Cuvée du redressement » qui avait conduit à un profond remaniement ministériel sous François Hollande

Vous trouverez aussi une liste de conseils pour choisir de bonnes bouteilles selon que vous soyez électeur LREM, LFI, RN ou PS. Enfin ne manquez pas le musée du kitsch ultime avec les étiquettes de bouteilles à l’effigie d’hommes, de femmes et de partis politiques, le champagne RPR, le Sauternes Domaine de la Gauche 1983, la cuvée spéciale « Avenir et démocratie Raymond Barre » et l’affiche électorale écolo de 1986, « offrez-leur un vert », v-e-r-t.

C’est donc à lire dans Charles, numéro 29, c’est Leila Slimani qui est à la une et partage son journal politique.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.