« La littérature serait-elle devenue un hobby bling pour nouveaux riches au même titre que le jet-ski et l’évasion fiscale ? »

Quatre-vingts secondes ce matin sur la question que pose la journaliste littéraire de L’Obs, Elisabeth Philippe, dans un article consacré au développement des clubs de lecture chez les têtes couronnées. La Duchesse de Cornouailles, Camilla Parker-Bowles, a ainsi lancé « The reading room » où l’on parle de bons romans au coin du feu. Et, début février, c’est Charlotte de Monaco qui a lancé « Les rendez-vous littéraires rue Cambon », sponsorisés par une grande marque de luxe. Lecture d’une lettre de Rilke à Lou Adreas-Salomé. 

Extrait

La conversation est de qualité mais le problème, selon Elisabeth Philippe, vient du fait que le livre, gratuit en bibliothèque et abordable en poche, se trouve « caricaturé en plaisir élitiste et inutile ». Et elle regrette le temps où Pierre Dumayet, à la télé en 1976, demandait à Madame Saclier, paysanne de 78 ans, de parler de Madame Bovary.

Extrait

Des champs aux salons : deux lieux, deux époques.  

Contact
Thèmes associés