Intense perplexité, violente curiosité. Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Quatre-vingts secondes ce matin sur un livre magnifiquement fabriqué, sans auteur affiché, à première vue sans titre, je l’ai découvert tardivement : "Scriptopolis", aux très très bien nommées "éditions Non Standard".

Double page de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)
Double page de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)

Ne cherchez pas de texte introductif ou de table des matières : ce livre s’est débarrassé des seuils et il va vous falloir tracer votre route dans une forêt d’images, des photos de panneaux de circulation, de post-it, d’interphone, des captures d’écran d’ordinateur, des archives, un poinçon, des compteurs, une calculatrice, un papier au mur et j’en passe, le livre fait 750 pages d’un inventaire plutôt complet… mais un inventaire de quoi ? Mystère...

En face de chaque photo, un texte, j’ai particulièrement aimé celui consacré au « mode de non-emploi » qui caractérise bien ce livre consacré visiblement aux écritures dans l’espace public.

C’est totalement baroque, l’ensemble résonne comme de la poésie théorique, je dis ça faute de mieux. Ça pourrait aussi être une Bible sur le grand récit de l’ici-bas, le livre en a d’ailleurs le format.

Scriptopolis, un magnifique objet-livre aux éditions Non Standard. Allez vous faire dérouter en librairie, ça vaut le détour.

Extrait de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)
Extrait de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)
Extrait de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)
Extrait de "Scriptopolis" (image de l'éditeur)
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.