Comment évoquer une grande ville dans une série télé ? Quatre-vingts secondes sur une analyse fine et parfois désopilante de la représentation de la ville de Berlin. Unorthodox, Dogs of Berlin, Babylon Berlin – la liste est en effet longue des séries qui se déroulent dans la capitale allemande.

Paris, New York, c’est facile, une image suffit. Mais comment évoquer Berlin de manière claire et univoque ? Pas d’icône évidente qui résume en un coup d’œil la ville... Tobias Rapp montre que Berlin devient, de ce fait, une expérience : 

Berlin dessille les yeux de ceux qui s’y rendent. 

Voilà le grand cliché et, cliché dans le cliché, scène absolument obligatoire : le passage dans une boîte de nuit, un club techno, où les corps se frôlent et se rencontrent, où des couples se forment dans le noir, le personnage de la série découvrant la sensualité après le premier ébranlement intellectuel. Même Babylon Berlin, qui se déroule pourtant pendant la République de Weimar, cède à ce cliché du cabaret et de la danse.

Tobias Rapp démonte l’imaginaire de la boîte de nuit et du club techno qui triomphe dans les séries au moment où, précisément, le monde de la nuit n’est plus ce qu’il était à Berlin, il est devenu un commerce comme un autre, « mainstream » et plus « underground » (pour le dire en français). Mais ça, les séries ne l’ont pas encore intégré. Une analyse à retrouver dans un article du Spiegel traduit par Courrier International.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.