Images et paroles qui ont marqué ces derniers jours.

Photo mse à disposition par le Bureau de la Première Dame des États-Unis montre le président américain Donald J. Trump et son épouse Melania Trump alors qu'ils rendent visite aux victimes de la fusillade d'El Paso
Photo mse à disposition par le Bureau de la Première Dame des États-Unis montre le président américain Donald J. Trump et son épouse Melania Trump alors qu'ils rendent visite aux victimes de la fusillade d'El Paso © Maxppp / EPA-EFE / Flotus /Maison Blanche

Cette photo prise à l'hôpital El Paso où Donald Trump et son épouse Mélania Trump affichent un grand sourire aux côtés d'un bébé orphelin dont les parents sont morts dans la fusillade d'El Paso.. Aucun blessé n'a accepté de rencontrer le couple Trump lors de sa visite à l'hôpital. Ce bébé ne connaîtra jamais ses parents. Les armes sont en vente libre et le président lève le pouce avec une impudence sans limite aux côtés de ce bébé orphelin.

Une autre image a fait le tour des réseaux sociaux ce week end en France : un individu qui ne trouve rien de mieux que d'être filmé avec un coq vivant sur les genoux avant d'en prendre la tête dans sa bouche et de l'arracher d'un coup. La fondation Brigitte Bardot va porter plainte contre ce joueur de pelote basque âgé de 22 ans.

Aussi le tweet de Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, après la disparition de Toni Morrison, prix noble de littérature qui a affirmé : "grâce à elle les noirs ont enfin pu entrer par la grande porte dans la littérature". Alain Mabanckou, auteur congolais, lauréat du prix Renaudot,  a rappelé que l'écrivain nigérian Wole Soyinka avait reçu le prix Nobel de littérature en 1986 avant de citer aussi James Baldwin ou Richard Wright, affirmant : "vous avez l'excuse de l'ignorance, je vous pardonne". La ministre retirant aussitôt son tweet. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.