Quatre-vingts secondes sur le travail herculéen, ou plutôt sisyphéen, entrepris par Yann Guégan avec les ressources du datajournalisme et du graphisme. Un travail de traque en temps réel des clichés journalistiques.

Chasser les tics de langage des journalistes, un hobbie de Yann Guégan
Chasser les tics de langage des journalistes, un hobbie de Yann Guégan © Getty / Anton Petukhov

C’est un miroir à la fois drôle et urticant

Ces trois derniers jours, ce ne sont pas moins de 152 « affaires à suivre » qui ont déferlé. Le « même son de cloche » a résonné 102 fois. 107 « épingles du jeu » ont été tirées. On est « monté au créneau » 87 fois et 92 « cerises sur le gâteau » ont été dégustées. Les clichés ont le « vent en poupe » (86 occurrences) et « défrayent la chronique » (65 fois). 

Mais de quoi le cliché est-il le nom, demande avec malice Yann Guégan ?

Les médias n’étant pas « en odeur de sainteté », certains « tireront à boulets rouges » sur notre inculture ou notre paresse. Mais deux linguistes soulignent que cette langue morte est en réalité bien vivante et permet de réunir, « sans coup férir », une communauté de lecteurs en parlant ce français courant.

J’allais oublier de vous dire qu’un moteur de recherche permet de voir quels médias utilisent quels clichés et en quelle quantité. J’ai tapé France Inter et n’en ai trouvé que deux — je crains que la méthode d’indexation épargne la radio mais tout de même, gros « ouf de soulagement ».

La chasse aux clichés journalistiques de Yann Guégan est à retrouver sur son site Dans Mon Labo.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.