Entre les crises sanitaires, économiques et écologiques, l’industrie automobile va devoir accélérer à fond pour accoucher de son avenir.

Tesla, la firme californienne partie de rien pour créer une voiture électrique désormais référence du marché. Ici modèle Y à Shanghai en avril 2021.
Tesla, la firme californienne partie de rien pour créer une voiture électrique désormais référence du marché. Ici modèle Y à Shanghai en avril 2021. © Getty / Costfoto/Barcroft Media

Quatre-vingts secondes ce matin sur la passionnante série que propose la Monday Note sur la voiture du futur. La Monday note est une newsletter consacrée au monde numérique, informatique, plateformes, information. Pourquoi y traiter de l’industrie automobile ? Parce que les voitures embarquent de plus en plus d’informatique et parce que cette industrie reste profondément ancrée dans le monde d’avant. Bref : le genre de secteur auquel le numérique adore s’attaquer.

Le grand exemple, c’est évidemment Tesla

La firme californienne est partie de rien pour créer une voiture électrique désormais référence du marché. La Monday Note détaille comment cette start-up a tout révolutionné, de la fabrication à la vente des voitures. 

Des défauts, qui seraient rédhibitoires dans le secteur automobile classique, sont jugés acceptables par le constructeur et aussi, fait étonnant, par les acheteurs.

Le dernier article de la série, que signe Frédéric Filloux, analyse les défis industriels, logiciels, marketing que devrait affronter une hypothétique voiture fabriquée par Apple. Si elle devait voir le jour, on aurait donc un véhicule fabriqué par une entreprise d’ordinateurs, de téléphones et de services numériques, dont elle serait le prolongement sur roues.

La série entamée l’été dernier va se poursuivre dans les semaines qui viennent avec des articles sur les batteries ou les camions électriques. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.