Netflix vient de sortir une série documentaire, "Procès d’un bourreau". John Demjanjuk, ouvrier d’origine ukrainienne, naturalisé américain, retraité des usines Ford de Cleveland aux Etats-Unis, menant une vie paisible jusqu’à son arrestation...

John Demjanjuk, entouré de trois gardes alors qu'il se défend devant la Cour suprême d'Israël
John Demjanjuk, entouré de trois gardes alors qu'il se défend devant la Cour suprême d'Israël © Getty / David Turnley/Corbis/VCG

Il serait « Ivan le Terrible », responsable des chambres à gaz de Sobibor, un homme d’une cruauté et d’un sadisme indicibles.

Au milieu des années 80, il est déchu de sa nationalité américaine et envoyé en Israël pour un procès qui sera retransmis en direct à la télévision, embrasant le pays entier pendant des mois. Au procès, des rescapés de Treblinka sont formels. Dans des dépositions poignantes, les yeux dans les yeux, ils l’affirment : oui, cet homme est bien Ivan le Terrible. Mais la vérité des rescapés est-elle la vérité de la Justice ? Et des récits de déportés sont-ils faux même s’ils ne sont factuellement pas justes ? Quelle place, enfin, pour la présomption d’innocence ? 

Le documentaire explore ces profondes contradictions et montre comment cette affaire, qui s’étire sur 20 ans et différentes juridictions, aura permis de progresser dans la définition de ce qu’était un nazi, qu’il soit ou non Ivan le Terrible. 

Le Procès d’un bourreau, série en épisodes, à voir donc sur Netflix.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.